Que-faire-en-cas-d-assurance-auto-resilie-.jpg

Que faire en cas d’assurance auto résilié ?

Déclaration de sinistre excessive, aggravation du risque, retards de paiements… les raisons poussant un assureur de résilier une assurance auto sont nombreuses. Cependant, du côté de l’assuré, il n’est pas toujours facile de souscrire une nouvelle assurance. Heureusement, il existe aujourd’hui des organismes qui proposent des contrats spécifiques à ce type d’assurés.

Il faut savoir que d’après le code des assurances, une compagnie d’assurance dispose, au même titre que l’assuré, du droit de résilier votre contrat d’assurance. Mais alors que faire lorsque l’on est confronté à ce genre de situation ?

Comment retrouver un assureur ?

Après la résiliation du contrat d’assurance de la part de l’assureur, il n’est pas évident de trouver un nouvel assureur. Il faut savoir que de nombreuses compagnies d’assurance n’acceptent tout simplement pas les automobilistes ayant été radiés, puisqu’ils présentent à leurs yeux un très gros risque.

Cependant, certains assureurs les acceptent en cas d’assurance auto résilié. Toutefois, il faut savoir que le dossier de l’assuré assujetti à un contrat résilié est étudié soigneusement. Et même si cette démarche s’avère être très fastidieuse, il reste néanmoins indispensable d’assurer votre voiture. Notez que des assureurs proposant ce genre de service sont généralement disponibles en ligne. Grâce à cela, les assurés résiliés peuvent en toute simplicité souscrire une nouvelle assurance.

Faire appel au bureau central de tarification

Cette alternative permet aux assurés radiés de souscrire un contrat d’assurance auto provisoire afin de leur permettre de conduire en toute légalité en France. Et si ces institutions constituent en général une solution salvatrice pour les personnes ayant subi une résiliation de contrat, leurs tarifs sont beaucoup plus élevés par rapport aux assureurs traditionnels.

Et si vous n’arrivez toujours pas à trouver une assurance auto, il est toujours possible de recourir au bureau central de tarification. Cet organisme a pour rôle de fixer le montant des cotisations dont l’assuré devra s’acquitter.